• Atelier 31 chez Ghislaine

    1ère partie du texte :

    http://www.maridan-gyres.com/defi-22-de-la-fee-capucine#message_1933396970

    Le ferry vient d’arriver à Olbia. Elle descend avec sa valise et demande à un taxi sur le port de la conduire à la petite maison qu’elle a réservée au bord de la mer. Après dix minutes de route, le chauffeur stoppe au bout d’un chemin cahoteux.

     

    Elle fouille dans son sac et découvre avec angoisse que son portefeuille a disparu. Son émancipation commence mal. Elle rentre dans la maisonnette, ouvre sa valise et sort son chéquier, qu’elle avait pris la précaution de cacher dans le double fond de son bagage. Elle paie le chauffeur et lui demande dans son italien précaire comment déclarer sa perte aux autorités.

     

    Après avoir obtenu ses réponses, elle prend le temps de s’installer confortablement. Puis elle explore la petite maison et découvre qu’il y a deux jolis vélos en parfait état dans le garage. En outre, comme elle a pris une carte de l’île en arrivant, elle découvre les chemins qui bordent la côte et peuvent être empruntés en vélo.

     

    Après avoir réuni le nécessaire, elle décide de partir pour la petite ville d’Olbia. La balade en vélo est jolie. Toutes les routes sont bordées d’une multitude de fleurs odorantes et forment un écrin divin au bord de mer.

     

    Après une petite heure de route, elle arrive enfin au commissariat. Par chance l’un des carabiniers parle français et c’est donc lui qui prend sa déclaration. Avec gentillesse, il lui propose d’utiliser son téléphone. Elle appelle son amie qui lui promet de faire le nécessaire.  

    Renseignement pris auprès du policier, elle découvre qu’elle va pouvoir faire du troc avec les touristes, sous réserve de reverser une taxe à la mairie. En sortant, elle sourit à l’homme qui l’a aidé. A son arrivée, elle trouvait qu’il avait vraiment une sale tronche, mais à présent qu’elle le trouve sympathique elle se reproche cette idée préconçue.

    Atelier 31 chez Ghislaine

    Pendant qu’elle attendait son laisser passer, elle a jeté un coup d’œil sur les affiches des personnes en cavale dans l’île. La secrétaire qui lui délivre ses papiers provisoires lui demande si elle en a vu sur le ferry, mais elle lui répond qu’elle n’a vu que la magnifique citadelle qui se dressait sur lîlot rocheux à l’arrivée au port.

    Ses papiers en poche, elle se rend au village où elle fait quelques courses de première nécessité. Le soleil se couche lorsque elle reprend la route de sa maisonnette. Elle range son vélo dans le garage, range ses courses et enfin ressort admirer l’horizon qui s’est enflammé. Elle a la sensation d’avoir enfin atteint son but. Pour la première fois de sa vie, elle se sent à sa place. Comme si de tout temps, elle avait été prédestinée à ce lieu.

     

    Jusqu’ici, elle a toujours fait semblant d’être celle que l’on attendait d’elle. Plaire aux uns et autres lui avait apporté son lot de désillusions.

    Repue par cet étrange sentiment de bien-être, elle rentre dans la maison et ferme porte et fenêtres. Demain, elle sortira pique-niquer au bord de la mer. L’agent de police lui a parlé d’une jolie plage à une heure de chez elle, et elle a hâte de la découvrir. Elle prépare son déjeuner pour le lendemain et se fait réchauffer une soupe toute prête, car elle n’a pas très faim ce soir. Les émotions lui ont coupé l’appétit.

     

    Après une nuit de repos, elle se réveille en pleine forme. Elle déjeune rapidement et prépare son matériel d’aquarelle, son repas, et deux bouteilles d’eau. Puis elle dépose tout cela dans le panier du vélo.

    Atelier 31 chez Ghislaine

    C’est une agréable journée. Le soleil est déjà haut et elle se régale des paysages qui se succèdent. A un moment, elle voit un panneau qui indique un lac. Et pourquoi pas ! Elle a bien le temps de voir les plages. Ce sera donc une visite au milieu des bois. Après un peu plus d’une heure de route, elle découvre enchantée un paysage idyllique. Elle prend quelques photos, qui lui serviront à terminer son travail à la maison. Puis elle le range dans son sac.

     

    Elle prend son tabouret pliant, prépare sur sa palette les couleurs du paysage qu’elle a sous les yeux, et enfin, elle saisit son pinceau chinois. Rapidement, elle trace les grandes lignes en gris payne. Un peu plus loin sur la droite, il y a un vieux pont romain qui permet de traverser la rivière qui alimente une sorte de piscine naturelle. Demain, elle reviendra peindre l’autre côté du lac. Elle déjeune avec plaisir pendant que ses fonds sèchent. Puis, elle s’allonge et s’endort. Elle s’éveille à seize heures. Il n’y a pas âme qui vive aux alentours. Ravie, elle pose quelques couleurs, trace rapidement les principaux éléments du paysage et une heure plus tard, l’aquarelle est bien avancée. Elle finira chez elle, car il est temps de rentrer.

     

    Sa première journée de liberté a été une magnifique réussite. Elle fixe avec précaution sa feuille sur son support, et range tout son matériel. Elle boit et se remet en route. Il fait bon, un vent agréable balaie son visage. Les odeurs des seringas, des genets se mélangent et l’enchantent. Elle arrive enfin chez elle, fatiguée, mais heureuse comme  elle ne l’a jamais été. La liberté a une saveur qu’elle ne connaissait pas et elle sait qu’elle aime cela.

    Maridan 4/04/2017

     

    Le blog de Ghislaine : http://ghislaine53.eklablog.com/atelier-no-31-du-1-avril-recap-du-no-30-mots-en-sol-a129156958

     

     

    « Atelier 6 - 2017Mots en sol atelier 30 chez Ghislaine »
    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    2
    Lundi 10 Avril à 16:18
    Mandrine

    Un defi bien relevé,

    on se promène aussi dans cette île, on y ressent la paix et la douceur de vivre,

    bravo j'aime beaucoup

    bon après midi 

    bisous

    Mandrine

      • Mercredi 12 Avril à 18:27

        Merci infiniment Mandrine, je suis touchée que cela t'ai plu. Gros bisous

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :