• Défi 28 et 29 de la fée Capucine

    Henriette est une jeune femme qui manie l’aiguille à coudre avec habileté. Du fait de sa hauteur, elle trouve rarement des vêtements à sa taille. Depuis qu’elle a seize ans, elle coud elle-même ses toilettes.

    Ce matin, une fois de plus, elle se rend au marché Saint Pierre pour choisir un tissu fleuri. Elle a très envie de se faire une robe longue. Le vendeur la regarde avec un air hébété. Visiblement, c’est un nouveau. Il faut dire qu’avec ses deux mètres de haut, sa tignasse rousse flamboyante, ses talons haut de dix centimètres et son ensemble arc-en-ciel, elle ne laisse personne indifférent. D’un hochement de tête, elle lui indique un rouleau de fleurs sur fond vert bouteille qui lui plaît beaucoup. Une fois son coupon réglé, elle sort et se dirige à pied vers le Sacré Cœur. L’horizon c’est enflammé pour son plus grand plaisir. Elle adore ce quartier si vivant, si coloré. Un peu plus loin, elle est heureuse de retrouver Grégoire qui l’invite à dîner.

     Au menu, homard thermidor, décidément, ce garçon sait vivre.

     Son galure posé sur le côté gauche de son visage lui donne un côté gavroche. C’est certain, il a l’allure d’un vrai Titi parisien ! Près d’eux, posé sur un guéridon, un mainate accueille les clients d’un tonitruant : « salut mon pote ! »

     Cela l’amuse beaucoup. Ce restaurant est un peu vieillot, il a survécu à deux guerres. Elle aime son ambiance un peu surannée, cela la change de la gargote dans laquelle elle s’échine depuis deux ans. Une vraie galère ce job. Elle s’efforce de penser à autre chose.

     Le dîner terminé, ils sortent main dans la main du restaurant. La nuit est tombée et il fait froid. Elle ne peut s’empêcher de grelotter. Grégoire en profite aussitôt pour la serrer dans ses bras et lui rouler une galoche, historie de la réchauffer lui dit-il.

     « Je suis le gardien de ta flamme intérieure, ma chérie ! Que dirais-tu de courir jusque chez moi histoire de faire remonter ta température ? »

    Résultat de recherche d'images pour ""jeune femme rousse"" Le goût de ses lèvres qui ont trempé dans le Moscato d’Asti est délicieux. Cette nuit, une fois encore et grâce à lui, sera belle.

    Maridan 17/05/2017

     

    Le blog d'Arlette : http://feecapucine.eklablog.com/

    « Atelier 9 Mon texteAtelier 10 - 2017 »
    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    6
    Dimanche 21 Mai à 21:19
    Mandrine

    Une belle histoire d'amour, deux ateliers en un, très bien,

    mais en te lisant je m'imaginais cette grande bringue, juchée sur ses talons et à côté d'elle son amoureux un peu plus petit devant lever la tête pour lui parler (rire)

    et cette image m'a fait penser à un couple que je voyais souvent quand j'étais jeune dans les bals, ils adoraient danser, nous les appelions " petit Monsieur et grande Madame" lui son visage coincé entre les deux seins de sa plantureuse épouse.

    merci pour ce beau souvenir qui m'est remonté 

    bonne soirée 

    bisous

    Mandrine

      • Lundi 22 Mai à 11:35

        Mon père mesurait 1m75 maman 1m78, elle portait une goulue et des escarpins de 10 cm de haut. Papa en a eu assez, il s'est mis à porter des bottines avec talonnettes. Mais rien à faire il était toujours plus petit. Maman a coupé ses cheveux, mis des talons plats et ils se sont enfin retrouvé sur le même palier. L'amour a toujours été présent, ce sont les autres qui riaient, pas nous. Il était à nos yeux l'image idéale de l'amour. Gros bisous 

    5
    Dimanche 21 Mai à 12:51

    c'est juste parfait quelle belle histoire.. bravo ma douce je suis fan de toi

    bisous et bon dimanche

    Nathie

      • Lundi 22 Mai à 11:37

        Merci ma douce, je suis peu présente en ce moment, j'essaie de terminer mes livres en cours, mais ce n'est pas évident, pourtant il faut vraiment que je termine. Je ne t'oublie pas, tu restes au chaud dans mon coeur et je pense souvent à toi. J'espère que ta santé se stabilise et qu'une nouvelle greffe sera bientôt possible. Je t'embrasse très fort. Bisous à Lili

    4
    Mercredi 17 Mai à 18:10

    Qu'il est romantique ce texte Maridan.

    Comment tu vas ??

    Je ne sais plus quand est ton atelier mais pas grave je suis abonnée chez toi donc j le verrai

    Bisous du sud Maridan

      • Jeudi 18 Mai à 08:46

        Bonjour Ghislaine, merci pour ce commentaire. Je n'ai pas fait grand chose ces derniers temps, car j'ai eu du mal à assumer cette nouvelle tumeur. Cela va mieux à présent, je vais donc me remettre à l'écriture. L'email reçu d'Arlette m'a remis le pied à l'étrier, j'ai trop de retard pour rattraper, alors je vais tenter de faire ceux qui me parlent le plus. Je vais aller voir sur ta page, car tu offres une large variété ce qui me convient très bien. Gros bisous et merci encore pour ce message.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :