• Liste des mots :

    pacte - quinquagénaire - amour - tardif - cependant - peau - soin - couleur - nouveau - programme 

     

    Merci aux participantes de l'atelier 11 qui ont écrit de jolis textes que je vous invite à découvrir sur leurs blogs respectifs :

    Nathie13or

    Ghislaine

    Arlette

    Atelier 12 - 2017

    Merci à planète graphisme pour ce joli tutoriel

    Partager via Gmail Yahoo!

    7 commentaires
  • Atelier 11 - Maridan

    Résultat de recherche d'images pour "vivre" 

    Les prêtres nous promettent le Paradis si nous savons écouter leurs recommandations. Mais certains d’entre eux ne les respectent pas.

     J’ai pris la mesure de tout ceci lorsque j’étais encore une enfant. Malheureusement, je ne suis pas femme de compromis et je me suis éloignée de toutes ces fadaises très tôt. Mon Dieu à moi est amour, il n’obéit à aucun signal divin, n’impose rien si ce n’est de nous aimer les uns et les autres. Son message est tendresse, compassion, générosité, humilité.

    Pour construire une humanité apaisée, nul besoin d’aventures insensées. Je l’ai compris alors que j’avais cinquante ansLe jour où j’ai appris que j’avais un cancer, sans consulter personne, sans demander d’autorisation à qui que ce soit, j’ai décidé de tout plaquer.

    Certains devant la maladie deviennent raisonnables, ce ne fut pas mon cas. Le cancer m’a libéré de mes entraves et j’ai décidé de vivre au jour le jour et d’en profiter au maximum.

    Que m’importe les méchants esprits ! Désormais, seul mon bien-être compte. 

     Arlette, la fée Capucine

    Ateliers 30-31-32 Fée Capucine

    A quelle heure mon destin sera-t-il scellé ? Je l’ignore, c’est le hasard qui en décidera ! Mais est-il bien utile de le savoir ? Pas sûr !

    Ce matin mon plaisir a consisté à suivre du regard un hérisson qui s’était roulé en boule en m’apercevant. Puis mon chat qui s’étirait dans l’herbe en me lançant des ronrons enjôleurs. Enfin en cueillant mes magnifiques roses pour en faire un bouquet odorant. Tout cela m’a enchantait et fait de ma journée, qui débutait, un bon moment.

    Hélas, un camion bruyant à fait fuir mon hérisson et s’envoler vers d’autres hauteurs mon couple de tourterelles.

    Quand des heures sombres s’annoncent, je file près du vieux hêtre que les années ont courbé vers le sol et je me pose sous son ramage à l’ombre apaisante. S’il est tard, je peux entendre le hibou lancer son cri perçant, mais c’est juste quand je commence à m’assoupir que le parfum du jasmin me tire de ma rêverie éveillé. Pourquoi cette odeur me rappelle-t-elle les jacarandas du Kenya ? C’est sans doute lié au fait que près du jasmin, il y a un solanum aux petites fleurs violettes.  Le Kenya… Que j’ai aimé ce somptueux pays, ses habitants chaleureux et souriants.

     5 défis en unJaillissant des arbres, il n’était pas rare de voir des singes vervets aux petites coucougnettes bleues turquoise se retrouver sur la table et emporter avec eux nos  aliments, mais aussi, nos clefs, nos tubes de protection solaire, les sacs d’infortunées dames qui avaient omis de les ranger.

    Singes vervet

    Lorsque la nuit tombait sur la jungle, il était judicieux de rentrer se mettre à l’abri. Ne pas oublier de fermer nos fenêtres, afin d’éviter la visite impromptue de quelques primates ou pire encore.

    Les images de ce merveilleux voyage de noce s’éloignent et je reviens à ma réalité de ce jour. Mes voyages, mes amis, mes différents postes de travail ont nourri mon imaginaire et je me suis beaucoup servi de lui pour conter mes histoires. Mais est-ce la maladie qui induit cette introspection sur moi-même, aujourd’hui, ou plus simplement ma créativité qui me libérant l’esprit et me laisse du temps pour penser ?

    Les ignares auront des tas de théories à me vendre, mais non merci ! Ici et maintenant, je vis sans me poser de question. J’admire l’explosion coloré de mes somptueux iris. Leur floraison ne dure qu’une quinzaine de jours, mais que c’est beau, je peux rester des heures à les contempler, à les peindre, à les prendre en photos. Certes mon jardin n’impressionnera personne, mais à moi, il me donne l’illusion d’être un Claude Monet. Qu’importe mon ignorance en matière de jardinage, je réussi tout de même à avoir des fleurs toute l’année.

     5 défis en un

    Le bonheur m’envahit dès que je me poste sur un transat, à l’ombre de mon gigantesque palmier, avec mon thé « nuit à l’opéra » de la maison Mariage frères. Je le laisse infuser cinq minutes et puis j’entre au Paradis. Le cancer a quitté mon esprit, ma vie est belle, sereine.

    Ateliers 36 et 37 chez Ghislaine

    Chez Ghislaine

    Une autre de mes grandes joies est la culture de mon potager. Planter des légumes me permet de faire l’impasse sur mes angoisses. Voir mes carottes sortir de terre, mes courgettes fleurir, m’ouvre l’espace. Je me lie à ma mère nourricière, Notre chère Gaïa si malmenée par nous les hommes. Dès qu’on lui donne un peu d’amour, l’attente n’est pas longue pour en recevoir les fruits. C’est un travail plaisir qui me remplit de bonheur. Et puis remplir un filet avec ses propres légumes, c’est une source de joie inépuisable.

    Cela donne raison à nos ancêtres qui travaillaient dur la terre et savaient bien mieux que nous en tirer les fruits.

    Le travail est bon pour la santé, alors plus d’hésitation mes amis, binez, bêchez, sarclez, remuez la terre. Gardez l’esprit ouvert. Donnez de la valeur à votre production en la partageant avec ceux que vous aimez.

    Le clapotis de l’eau me ramène à mon jardin. Un vent léger caresse mon visage. Je ne suis plus un patient, la nature m’offre un répit et je m’en saisi aussitôt. Râler, pleurer, se lamenter ne servent à rien qu’à nous user. Les plaisirs de mon jardin sont inépuisables. Mon souffle s’apaise. Ceux qui vous disent de vous ménager… Méfiance, ne les écoutez pas ! Profitez, vivez, n’est-ce pas là le plus important pour vous ? Il y aura un temps pour le silence, mais il n’est pas encore là ! Pour le moment, j’ai envie de me laisser porter par mes désirs. La mort peut bien me courtiser, je ne suis pas encore prête à poser les armes. J’ai encore trop d’amour à donner.

     

    Maridan 10/06/2017

    Partager via Gmail Yahoo!

    6 commentaires
  • Au cœur de la nuit, je reste en éveil

    Pas besoin d’une bouteille

    J’écoute chanter la corneille.

    Dehors l’orage s’éveille

     

    Tandis que passe le train de salsepareille

    Je me rêve en promenade sous le soleil

    Brassant des coquelicots butinés par les abeilles

    Demain, j’irai cueillir des groseilles

     

    J’achèterai des viandes à nulle autre pareille

    Pour un bon barbecue, pure merveille

    La prise d’un verre d’eau me réveille

    Fini les parasols et autres appareils

    A cet instant, je ne veux qu’un conseil

    Pour quitter mon état persistant de veille

     

    Et m’engloutir enfin dans le sommeil.

    Maridan 9/06/2017

    Merci à Assoula pour cet atelier. Son blog : Assoula

    Partager via Gmail Yahoo!

    6 commentaires
  • La liste des mots :

    Paradis - mesure - compromis - signal - construire - aventures - cinquante ans - autorisation - raisonnables - méchant

     

    Merci aux participantes de l'atelier 10. Vous pouvez découvrir leurs textes en cliquant sur leurs liens :

    Arlette

    Vélie

    Ghislaine

    La fée Capucine

    Les mots de cet atelier sont tirés du très beau livre de Christine Arnothy, un paradis sur mesure.  

    Partager via Gmail Yahoo!

    8 commentaires
  • les jolis tubes de Nathie13or

    Partager via Gmail Yahoo!

    4 commentaires
  • Atelier 18 chez Arlette

     

    J'ai grandi dans une "cité". Certains diront que je n'ai pas eu de "chance". Ce serait une erreur. J'ai aimé ce brassage des cultures. Nous étions tous solidaires, personne ne restait sur le "carreau." Certes nous n'étions pas bien riches, mais dotés d'un coeur immense et d'une grande tolérance. L'été nous partions pour la "campagne" chez mes grands-parents. C'est là que nous connûmes la "descente aux enfers". Les résistants avaient multipliés les attaques contre les allemands qui, pour se venger, mirent quatre-vingt-dix-neuf "pendus" dans la ville de Tulle.

    Ma grand-mère avait appris par un jeune allemand qu'une rafle de juifs allait avoir lieu. Elle proposa à une voisine de sa soeur d'emmener ses deux filles chez elle. La mère accepta, mais elle préféra qu'elle ne partent que le lendemain. Nous touchons le "fond" lui répondit-elle en l'embrassant.

    Quand ma grand-mère revint les chercher le lendemain, la "famille" avait été emmenée par la Gestapo. Ma mère n'a jamais pu oublier ses deux petites amies trop tôt disparues.

    Résultat de recherche d'images pour "enfants enlevés par les nazis"

    Maridan 1er juin 2017

    Partager via Gmail Yahoo!

    9 commentaires
  • Résultat de recherche d'images pour "femme active"

    Je n’ai jamais aimé être en retard. Toute ma vie, j’ai couru pour être à l’heure, partant quelquefois plus de deux heures avant un rendez-vous. J’avais l’amour du travail bien fait et pour moi la ponctualité était une politesse faite aux gens qui m’attendaient. Ma participation à l’objectif de l’entreprise était pleine et entière. Garder un job n’a jamais été une préoccupation pour moi, j’ai occupé différents postes dans plus de 62 entreprises. Le lien commun entre tous ces boulots était la curiosité. Le bon moyen pour me conserver dans une entreprise était de satisfaire cette curiosité. Dès que j’avais fait le tour d’un emploi, j’en changeais. Puis l’idée m’est venue de pondre un livre, et pas un instant, je n’ai imaginé où cet ouvrage allait me mener.

     Aujourd’hui, à la tête de quatre romans, d’une vingtaine de nouvelles, et de plusieurs centaines de contes, poèmes et textes divers, je me suis lancée dans la réalisation de cartes en scrapbooking. Qui sait quelle sera ma prochaine lubie ?

      Maridan 27/05/2017

     

    La liste des mots proposés cette semaine était issue de vos commentaires. Gros bisous à vous et merci d'avoir participé.

    Partager via Gmail Yahoo!

    2 commentaires
  • Les mots à utiliser :

    retard – amour – travail – participation – garder – occuper – lien – bon –pondre - instant

    Atelier 10 - 2017

     

    Merci aux participantes de l’atelier 9

    Arlette ; https://pelagie46.wordpress.com/2017/05/12/chez-maridan-6/

    Nathie13or : http://nathie13or.eklablog.com/un-repas-pour-belle-maman-a130074430

    Vélie : http://velie.eklablog.com/le-defi-texte-chez-maridan-gyres-no-9-a130061146

    Ghislaine : http://ghislaine53.eklablog.com/atelier-maridan-no-9-a130060968

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    10 commentaires
  • Henriette est une jeune femme qui manie l’aiguille à coudre avec habileté. Du fait de sa hauteur, elle trouve rarement des vêtements à sa taille. Depuis qu’elle a seize ans, elle coud elle-même ses toilettes.

    Ce matin, une fois de plus, elle se rend au marché Saint Pierre pour choisir un tissu fleuri. Elle a très envie de se faire une robe longue. Le vendeur la regarde avec un air hébété. Visiblement, c’est un nouveau. Il faut dire qu’avec ses deux mètres de haut, sa tignasse rousse flamboyante, ses talons haut de dix centimètres et son ensemble arc-en-ciel, elle ne laisse personne indifférent. D’un hochement de tête, elle lui indique un rouleau de fleurs sur fond vert bouteille qui lui plaît beaucoup. Une fois son coupon réglé, elle sort et se dirige à pied vers le Sacré Cœur. L’horizon c’est enflammé pour son plus grand plaisir. Elle adore ce quartier si vivant, si coloré. Un peu plus loin, elle est heureuse de retrouver Grégoire qui l’invite à dîner.

     Au menu, homard thermidor, décidément, ce garçon sait vivre.

     Son galure posé sur le côté gauche de son visage lui donne un côté gavroche. C’est certain, il a l’allure d’un vrai Titi parisien ! Près d’eux, posé sur un guéridon, un mainate accueille les clients d’un tonitruant : « salut mon pote ! »

     Cela l’amuse beaucoup. Ce restaurant est un peu vieillot, il a survécu à deux guerres. Elle aime son ambiance un peu surannée, cela la change de la gargote dans laquelle elle s’échine depuis deux ans. Une vraie galère ce job. Elle s’efforce de penser à autre chose.

     Le dîner terminé, ils sortent main dans la main du restaurant. La nuit est tombée et il fait froid. Elle ne peut s’empêcher de grelotter. Grégoire en profite aussitôt pour la serrer dans ses bras et lui rouler une galoche, historie de la réchauffer lui dit-il.

     « Je suis le gardien de ta flamme intérieure, ma chérie ! Que dirais-tu de courir jusque chez moi histoire de faire remonter ta température ? »

    Résultat de recherche d'images pour ""jeune femme rousse"" Le goût de ses lèvres qui ont trempé dans le Moscato d’Asti est délicieux. Cette nuit, une fois encore et grâce à lui, sera belle.

    Maridan 17/05/2017

     

    Le blog d'Arlette : http://feecapucine.eklablog.com/

    Partager via Gmail Yahoo!

    6 commentaires
  • Je viens vers toi, lentement,

    Doucement, je t’appelle

    Je suis flamme, un moment

    Hier n’est qu’une ritournelle

    Demain n’est pas encore arrivé

    Aujourd’hui serre-moi dans tes bras

    N’aies pas peur, aucune nervosité

    Savoure mon relâchement à ton pas

    C’est l’instant agréable

    Où je fais preuve d’ubiquité

    Près de toi, je suis adorable

    Mais en pensée, je continue de l’aimer.

     

    Atelier 9 Mon texte

    Maridan 15/05/2017

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    2 commentaires
  • Une silhouette diaphane, une pâleur spectrale, perdue au cœur de ce paysage de limbes, elle avance ombre désincarnée. Ce matin, la vision de son visage dans son miroir l’a ébranlée. Un instant, elle s’est crue morte et en route pour l’au-delà. Pourtant, jamais, elle n’a songé  à abandonner. Elle est plutôt du genre à saisir la vie. La cause en est simple, elle porte l’enfant de l’ordure.

    L’innocence qui palpite en elle lui demande une chance d’avoir sa propre destinée. Aujourd’hui, le froid est intense. Il fait circuler le sang dans ses veines.

     

    Rentrée chez elle, le feu palpite dans l’âtre. Lentement, elle sent ses muscles se détendre et la chaleur la soulage de ses tensions. Elle repasse alors devant le miroir. Son reflet a changé. Ses joues sont bien rouges et dans ses yeux, la flamme s’est rallumée. Oui cet enfant vivra et elle lui fera une belle vie.

     

    Maridan (publié sur mon blog Catherine Gris Misery le 13/10/2016 suite à un atelier de la Fée Capucine et de Nathie13or)

    Partager via Gmail Yahoo!

    4 commentaires
  • Le joli défi de notre amie Nathie13or

    Partager via Gmail Yahoo!

    4 commentaires
  • Liste des mots pour cette semaine :

    viens, appelle, suis, hier, demain, aujourd'hui, nervosité, relâchement, agréable, ubiquité

    Merci aux participantes de l'atelier N°8, pour admirer leurs textes, cliquez sur les liens. Un grand merci à elles :

    Arlette

    Vélie

    Ghislaine

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    12 commentaires
  • Joyeux anniversaire, à la merveilleuse fille de notre amie Ghislaine. Que ceux qui t’aiment te couvrent de fleurs, de pensées tendres et de mots d’amour afin de te souhaiter une année pleine de joies et de tendresse.

     

    Pour ma part, chère Séverine, permets-moi de t’offrir cette modeste illustration. Gros bisous à toi et à ta chère maman

    Joyeux anniversaire Séverine

    Partager via Gmail Yahoo!

    9 commentaires
  •  

     

    Malicieuse et mignonne la menue Mireille musarde et minaude  en menant son Michel par la main au Marché de Montpellier. Lui mâchouille un chewing-gum et macule son maillot mauve tout juste sorti du magasin militaire où il a magouillé pour échanger une machine à malaxer contre la jolie maille de ce maillot.

     

    Après bien des malheurs, il  a réussi à maigrir, mais manger reste un maléfice pour lui. Maçon depuis maintenant plusieurs mois, il essaie de se maintenir sans se maltraiter. Maîtriser ses accès de malbouffe est manifestement malaisé.

     

    Avant de venir ici, Mireille travaillait à la Mairie de Marseille, mais elle avait demandé sa mutation, car les mecs mataient ses miches en permanence et les maquereaux du vieux port l’auraient bien mis à michetonner avec la mère maquerelle, Michelle la méchante et moche mégère qui l’avait repérée.

     

    Manger avec le maire, le voir mâcher ses moules avec des manières bien peu masculines, puis le voir malaxer le pain en mouillant le tout avec sa bave, sentir sa main macérer sur la sienne, puis l’essuyer sur sa marinière. Tout chez ce minable lui donnait une envie furieuse de se magner à obtenir de ce manipulateur le mandat qui la conduirait à Montpellier. Bien qu’elle l’ait malmené, il ne manifesta pas rancune, ne mégota pas sur sa prime de départ et manifesta même à son égard de mansuétude. Manipuler et manœuvrer pour obtenir gain de cause, elle avait appris à ses côtés. Elle sortit du restaurant, rejoignit les marins Marco et Miguel avec qui elle se marra en racontant les mimiques du maire qui la matant  roulait ses mirettes en tous sens.  

     Résultat de recherche d'images pour "belle fille"

     

    Morts de rire, ils lui proposèrent de la rendre maman pour dégoûter tous les mâles en chaleur de Marseille, mais leur dit-elle son cœur n’était qu’au merveilleux Michel.

    Maridan 26/04/2017

    le blog de tous les défis

    Partager via Gmail Yahoo!

    2 commentaires
  • la plume d'Evy N° 107 Je suis une grande rêveuse

    Et voilà que la bouche du médecin

    délivre la sanction inattendue

    Venue pour un méningiome bénin

    Je repars avec une tumeur mal venue

     

    Le fait sans doute aurait voulu

    Que je me recroqueville vaincue

    Mais ceux qui me connaissent me savent têtue

    J'ai levé mes yeux au ciel et sourit à l'ange venu

     

    Ne t'en fais pas petit père

    Mon heure n'est pas encore venue

    Et il me reste tant à faire

    Comme ces mots posés pour être lus

     

    Car ils sont nombreux mes rêves

    Comme finir l'Odyssée de Belangèle

    Alors je m'accorde une trêve

    pour admirer les merveilles de notre Terre, si belle

     

    Maridan 26/04/2017 18h

    Le blog d'Evy

    Partager via Gmail Yahoo!

    14 commentaires
  • Liste de mots à utiliser pour rédiger un texte ou un poème de votre choix :

    capable - gâteuse - infaisable - exagérer - parents - intelligent - solution - habitat -visiteur - livraison.

    Merci à celles qui ont répondu à l'atelier N° 7, vous pouvez lire leurs textes sur leurs blogs en cliquant sur leurs noms :

    Vélie

    La fée Capucine

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    9 commentaires
  • Toi ma terre

     

    Toi qui assures ma stabilité

    Toi que de tous temps, j’ai aimé.

    Toi qui as su me redonner

    Le goût de vivre et d’aimer

     

    Toi sur qui je porte mon regard

    A chacun de mes coups de cafard

    Toi qui éloigne le brouillard

    Tu me donnes à nouveau l’espoir

     

    Voir ton ciel qui s’éclaire

    Entendre couler tes rivières

    Naviguer sur tes océans

    Toi, seule au milieu du néant

     

    Toi qui nous donnes à manger

    Toi qui qui sait nous faire rêver

    Toi qui ne réclame jamais rien

    Et pour qui nous sommes des vauriens

     

    Ma chère Gaïa, je t’aime au-delà des mots

    Pour la grandeur de ton monde si beau,

    Pour la fraîcheur de tes bois et forêts

    Que certains veulent raser

     

    Je sens gronder depuis quelques temps ta colère

    Je vois un peu partout se lever l’enfer

    De tes inondations qui lavent tout

    Et laissent les humains à genoux

     

    Mais ce sont toujours les mêmes malheureux

    Qui pâtissent  des désordres des nantis chanceux

    L’homme semble avoir décidé de d’anéantir

    Moi, j’espère partir avant de te voir mourir

     Oeuvre de Siudmak

     

    Maridan 22/04/2017

    Partager via Gmail Yahoo!

    8 commentaires
  • Je navigue dans les limbes où je me perds à force de douleurs. Attendre en vain une délivrance qui ne vient pas. Obtenir un accord pour une fuite libératrice. Mais notre patrie aime les martyres et se moque bien de soulager les maux. Seul l’appât du gain compte !

     Que faire quand le quotidien est un enfer ?

     Atelier 7  2017

    Liberté… Tu parles ! Certains s’élancent dans la nuit et se jettent du haut d’un pont en un vol ultime. Ils se libèrent tel des oiseaux et se fracassent en une seconde fulgurante. D’autres avalent des barbituriques qu’ils mélangent à de l’alcool pour un shoot ultime qui parfois tourne mal et les laisse emmurés vivants dans u corps immobile  mais qui conserve ses douleurs   doublant leur calvaire de la souffrance de leurs proches qui culpabilisent de n’avoir rien pu empêcher, de n’avoir pas compris.

     La France se prépare à élire son futur président, mais qui choisir quand même les scélérats sont autorisés à se présenter ? Et puis, ils ne vont tout de même pas priver leurs petiots copains de l’industrie pharmaceutique, de la médecine privée, de leurs jolis bénéfices. Car on le sait bien, les nuits d’hôpital rapportent gros et que dire de toute leur chimie qui nous empoisonne ?

     

     La France des lumières est dans l’ombre et le scrutin qui approche me laisse un goût de bile. Je me rêve anarchiste, en haut de barricades pour renverser ces vautours, mais le courage… Je ne l’ai plus. Bien trop lasse !

     

    Egalité des chances disent certains d’entre eux, mais pour qui ? Les nantis… Ou le môme de banlieue au teint trop basané, à la maman voilée, ou en boubou, au papa à la peau noire, jaune ou rouge ? Eux, la fraternité, ils connaissent. Ils la vivent au quotidien et savent bien comment faire pour que cela fonctionne, mais qui leur demande de l’aide ? On te colle des plans quinquennaux qui ne servent à rien qu’à lustrer les images de certains notables. Au cœur des cités des blacks, blancs, beurres ont appris à s’aimer, à partager leur misère. Certains réussissent à s’en échapper pour mieux y revenir et servir d’exemple à ceux qui n’ont pas eu leur chance. Leur sacerdoce n’est pas vain, puisqu’ils tirent derrière eux des mômes avides de réussir, eux aussi. Envers et contre tous les politiques, ils parviennent de plus en plus à générer des vocations.

     

    Nombre de mes relations me disent que mes propos tiennent de l’utopie. Ils ont tort !  

     

    Mon cœur est vaste comme l’univers et j’aime tous les êtres humains quelle que soit leur couleur, leur religion ou leur nationalité. Pour moi, nous sommes tous les enfants de notre monde. .Je garde l’espoir que l’amour que je distribue contribue à tisser une chaîne qui ne rompra pas. Elle survole le dépotoir des idées nauséabondes que diffusent certains de nos élus. Ces aspirants au pouvoir voudraient faire de notre monde une terre de cataclysme, mais je n’ai que faire de leur violence et je sais que nous sommes légions à bâtir cette chaîne de lumière. Nous sommes une multitude à prôner l’amour de l’autre et la tolérance.

     

    Alors dimanche, votez utile, votez pour bâtir et pas pour détruire.

    Maridan 21/04/2017

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    10 commentaires