• Atelier 5 - Mon texte

    Erreur judiciaire

    C'est insensé ! Cet imbécile parle d'une voix inaudible, comment veut-il convaincre un public aussi hostile ? Sûrement pas en se tenant là, fébrile, les mains moites et la voix chevrotante !

     

    Tu parles d'un avocat ! Acculé face aux murs pourris de ce commissariat, je vois cet incapable qui fixe le plancher en bafouillant. Je sens la panique m'envahir. J'ignore si c'est moi, mais j'ai l'impression que l'air s'est raréfié, comment ma vie a-t-elle pu basculer de cette façon ?

     

    Je me suis rendu à ce rendez-vous, posé par une magnifique créature. Sa belle gueule est là, plantée en ma mémoire comme un instantané figé par sa mort. Son petit ami, flic l'avait suivie. Il a débouché dans la ruelle au moment même où je l'embrassais. Il m'a collé un marron et sonné. Je me suis effondré. Mais la fourberie de son mec ne s'est pas arrêtée là, il l'a butée devant moi avant de me dénoncer aux flics. Quand ils sont arrivés, ce salaud m'avait menotté et il avait collé mes empreintes sur le flingue.

     

    Je ne suis pas un génie, mais soudain la solution s'est imposée à moi, Elle a étincelé comme une évidence. Je ne suis pas une balance, toutefois quand ses collègues sont arrivés, je les ai laissé m'emmener au commissariat sans aucun résistance. Puis j'ai demandé à parler à mon baveux. Quand il est arrivé, j'ai juste prononcé ces quelques mots d'Audiard avec un sourire ironique :

    « Toute l'eau de la mer ne suffirait pas à laver une tache intellectuelle ! »

    Atelier 5 - Mon texte

    Pour preuve, j'ai demandé à mon avocat de demander le prélèvement des traces de poudre sur les mains de l'assassin. Après il a été facile de démontrer que les miennes étaient vierges de toutes traces de tir. Bien joué le bouffon, mais je ne me ferai pas coffrer pour toi.

    J'ai vu le sourire de mon avocat avant même de le voir se reprendre et redresser les épaules. L'affaire a été classée avant même de m'avoir conduit au tribunal.

     

    Maridan 8/03/2019

    « Atelier 88 chez GhislaineAtelier 6 - 2019 »
    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    6
    Samedi 9 Mars à 22:01

    ben ca alors il lui colle le meutre sur le dos 

    heureusement que l'on est juste présumé coupable et que grace à des preuves, il n'y a même pas besoin de procès

    joli texte bravo

      • Dimanche 10 Mars à 18:51

        Merci Timoineau. Bisous

    5
    Samedi 9 Mars à 09:53

    Voila  un meurtre résolu a la vitesse grand V !!

    Hercule Poirot n'aurait pas fait mieux !

    Bravo Marie

      • Samedi 9 Mars à 20:18

        Chic alors, gros bisous

    4
    Vendredi 8 Mars à 18:31

    C"est génial

     

    bisou

      • Samedi 9 Mars à 20:18

        Merci ma bichette. Gros bisous à vous deux

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :