• Je viens de lancer un concours d'écriture qui pourrait intéresser certaines d'entre vous. Je vous donne l'adresse de mon blog où se trouve le règlement. Bonne chance aux participants.

    Cordialement

    Maridan

    Concours Saint Valentin 2018

    Grand concours sur le thème de l'amour.

    Illiustration : Amour

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Halloween wallpaper

    Âmes en errance

    Surgies du coeur de la nuit

    C'est l'heure de danser

     

    Maridan 13/11/2017

     

    Le blog d'Assoula

    Partager via Gmail Yahoo!

    2 commentaires
  •  

    Chers amis, chers lecteurs et commentateurs de mes blogs, j’aimerais savoir si parmi vous, certains accepteraient de devenir membres de mon comité de lecture.

     

    Votre mission si vous l’acceptez sera de choisir entre les textes retenus ceux qui vous ont le plus touchés, puis de les classer dans l'ordre de vos préférences.

     

    Je compte organiser un grand concours d’écriture avec à la clef, en premier, deuxième et troisième prix la mise en forme, l’édition et la commercialisation des lauréats. Les trois premiers ouvrages seront disponibles sur les plateformes Amazon, Fnac et autres circuits de distribution. Tous les participants seront réunis par la suite dans un quatrième livre qui regroupera les plus jolis textes proposés. Les 3 premiers auteurs recevront 10% du prix de vente de leurs livres. Les bénéfices, s'il y a lieu, retirés de la vente du livre commun seront réattribués en prix pour le concours de la deuxième année. 

     

    Les participants devront traiter du thème de « l’amour ».

    Le concours est organisé par l’Association « Label Vie 34 ».

    Les textes seront envoyés à l’adresse email suivante : labelvie34@laposte.net

    Le concours prendra fin le 31/12/2017

    Les résultats seront annoncés le 14 février 2018 lors de la fête de la Saint Valentin

     

    Je vous remercie de bien vouloir m’adresser un email à l’adresse suivante : gyres@gmx.fr pour participer à ce Comité de lecture.

     

    Cordialement Maridan

    Partager via Gmail Yahoo!

    2 commentaires
  • Bonjour les amies,

     

    Je souhaite organiser un concours d'écriture. Pour ce faire, j'aurai besoin de vos conseils en matière de cadeaux. Comme vous le savez sans doute, je crée des bijoux, des cartes en scrapbooking, et des textes. Alors à votre avis, quels seraient les prix les plus motivants pour ce concours.

    1) Des parures de bijoux,

    2) Des lots de cartes pour toutes occasions,

    3) La mise en page et la publication des textes qui concourent dans un recueil

    4) Un mix de tout cela

    Je compte sur votre aide pour savoir quels lots seraient les plus motivants. Toutes vos suggestions seront les bienvenues. Par avance, je vous en remercie

    Bisous

     

    Maridan 30/10/2017

    Partager via Gmail Yahoo!

    2 commentaires
  • L'atelier 48 chez Ghislaine

    photo ; Aniezka Lorek

     

    A trop vouloir paraître, bien des gens oublient d’être. Se voir dans les yeux des autres  n’est pas souvent ce que l’on est vraiment.

    Est-ce pour cela que certains se mettent à déraisonner ? Ils se perdent derrière des façades qui les emprisonnent. Et puis un jour, tout leur corps les lâche. Plus de bras ni de jambes. Ils s’en vont au gré du vent comme des feuilles d’automne.

    L’ombre qui les retient prisonniers devient de plus en plus sombre et profonde. Même le chant de l’oiseau au printemps ne peut les ramener à la vie. Les étés se suivent et se ressemblent, mais la vie les déserte.

    Un jour, leurs yeux s’ouvrent à la suite d’un choc émotionnel, ou d'un cancer ou autre et l’hiver de leur vie est là !

    Est-ce pour cela qu’ils doivent baisser les bras ? Je suis certaine que non ! La vie est un bien précieux dont il faut goûter tous les fruits, sans ce préoccuper de ce que les autres pensent de nous. L’important c’est d’être et d’aimer ce que l’on est, car sinon comment aimer les autres ?

     

    Maridan 19/10/2017

     

    L'atelier de : Ghislaine

    Partager via Gmail Yahoo!

    4 commentaires
  •  

    Défi 40 de Mil et une

    Il y a bien longtemps, j’étais un très vieux chêne. Mes racines plongeaient profondément dans le sol et me liaient à mes congénères. Grâce à cela, nous pouvions communiquer ensemble, nous soigner les uns les autres et la forêt était notre famille. Au fil des siècles, j’ai vu les hommes devenir de plus en plus nombreux et prendre de plus en plus de place.

    Un jour, la lune est venue éclipser le soleil et le cauchemar a commencé. Un chamane leur a dit qu’il fallait couper des arbres pour produire des légumes et nourrir leurs familles. Alors, ils se sont mis à détruire nombre de mes frères et petit à petit la forêt s’est clairsemée.

    Je me rappelle la voix de baryton du barde qui célébrait avec fougue le massacre de mes amis. Ce vieux filou à la barbe blanche et aux cheveux poivre et sel, pour une raison que j’ignore, déclara que je devais disparaître, moi aussi.

    Une fée de mes amies empêcha ce drame en me transformant en un homme de bois attaché solidement au sol de ma douce forêt. Devant ce miracle, les hommes s’agenouillèrent devant moi et le barde fut exclu de leur tribu. Il déploya avec force toute sa diplomatie, mais ne réussit pas à se soustraire à son châtiment.

    Après son départ, le souffle salvateur du vent vint me caresser et renforcer mon aura. Mais mon feuillage et mes branches me manquaient terriblement. Heureusement, mon système racinaire avait survécu à ma métamorphose et je pus ainsi éviter l’exil qui m’aurait détruit aussi sûrement que l’abattage. Mes amis me transmirent un peu de leurs forces et renforcèrent mon âme qui se serait perdue sans eux.

     

    Aujourd’hui, mes vieux compagnons font parfois preuve de jalousie devant l’adoration que me portent les hommes. Cependant, ce matin, après des siècles, j’ai senti l’éclosion d’une feuille. Et vous savez quoi ? Cela m’a rendu follement heureux.

     

    Maridan 3/10/2017

     

    Le blog de Mil et Une : http://miletune.over-blog.com/

    Partager via Gmail Yahoo!

    4 commentaires
  • Aniezka Lorek

    J’ai si longtemps rêvé d’amour

    J’espérais que cela me vienne un jour

    C’était ce qui me tenait debout

    Rêver, jour et nuit, malgré tout

     

    Et puis une voix de velours

    Me l’a promis pour toujours

    Usant envers moi de tendresse

    Me noyant sous la richesse de ses caresses

     

    Petit à petit le monde m’a dévoilé sa beauté

    Dans les bras tendres de mon bien-aimé.

    Il m’a appris qu’avec de la volonté

    On pouvait absolument tout surmonter

     

    Alors, l’espoir est revenu

    Et depuis notre vie continue

    Plus besoin de grimoire enchanté

    Pour inventer une vie rêvée.

     

    Aujourd’hui, bien planté dans le présent,

    Je savoure chaque instant

    Près de l’homme de ma vie

    Et cela me ravit

     

    Maridan 2/10/2017

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    6 commentaires
  • Atelier 19

     

    Ecrire un texte avec les mots suivants :

     

    amour, toujours, tendresse, richesse, beauté, volonté, espoir, grimoire, enchante, invente

     

    Merci aux amies qui ont joué le jeu de l'atelier précédent. Je vous invite à lire leurs très beaux textes :

    Nathie13Or

    Ghislaine

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    13 commentaires
  • Ce jour là, j’avais décidé d’inviter quelques amis. Malheureusement pour moi et mon repas, à force d’attendre, tout avait brûle. C’est ma fripouille de chat qui se régala de mon plat. J’en avais assez de ces fêtes à date fixe où tout le monde doit être heureux. On fixe l’instant dans une photo de famille. On abat quelques millions d’arbres qui n’ont rien demandé. Ce soir-là, j’organisais cette sauterie pour fêter le nouvel an.

     Résultat de recherche d'images pour "réveillon"

    Moi qui me couche comme les poules, vers neuf heures, j’étais encore sur pieds à trois heures du matin. J’étais épuisée. J’avais dépensé un argent fou pour ce réveillon et au final, je m’ennuyais comme un rat mort. Je me prenais à rêver d’une promenade solitaire au cœur de la City endormie. Par jeu je déambulerais libre de toutes entraves et je fixerais sur mon carnet de croquis la ville déserte à cette heure.

     Résultat de recherche d'images pour "réveillon"

     

    Mais allons, je vais cesser de me plaindre, car voici mes derniers invités qui arrivent. Par chance j’ai des pizzas au congélateur. Ce sera un curieux réveillon ! Pas sûr qu’on me redemande de l’organiser.

    Partager via Gmail Yahoo!

    2 commentaires
  •                             Cruel Adonis

     Résultat de recherche d'images pour "don juan"

    Ah ! Mon tendre amour

    Devineras-tu ce que tu m’inspires ?

    Où finirons-nous ce jour ?

    Nichés l’un contre l’autre en un soupir

    Il ne sera pas de bonheur plus délicieux

    Si ce n’est celui réussit de nos adieux

     

    Maridan 21/09/2017

     

     

    Le blog de Bill Jill http://jill-bill.eklablog.com/

    Partager via Gmail Yahoo!

    6 commentaires
  • Atelier 17

    Illustration Mark Ollich

     

    Enfant, elle rêvait de voler là-haut vers le ciel

    Sans comprendre que cela n’arriverait jamais.

    Elle aimait s’amuser et tous la trouvaient belle

    Quand elle se laissait aller et qu’elle dansait

     

    Un avion qui passait et son regard s’élevait

    A l’assaut des nuages, comme dans la grande roue.

    Elle courait vers elle et tout cela l’enchantait.

    Traverser le jardin, pieds nus dans la gadoue,

     

    Monter sur des skis et dévaler les pentes,

    Attraper son chat et le couvrir de baisers,

    Avant d’embrasser Pierre dans la tente

    Et de figer ce tableau dans sa mémoire, à jamais.

     

    Maridan 20/09/2014

     

     

    Merci à mes amies qui ont, elles aussi, écrits de très beaux textes que je vous invite à découvrir sur leurs blog :

     

    Nathie 13 Or

     

    Ghislaine

    Christelle

    Partager via Gmail Yahoo!

    8 commentaires
  • 1er sujet :

     

    Que vous inspire cette réflexion de Guy de Maupassant à propos du 14 juillet ?

     

    [C’est pourtant fort bête d’être joyeux, à date fixe, par décret du gouvernement. Le peuple est un troupeau imbécile, tantôt stupidement patient et tantôt férocement révolté. On lui dit : « Amuse-toi. » Il s’amuse. On lui dit : « Va te battre avec le voisin. » Il va se battre. On lui dit : « Vote pour l’Empereur. » Il vote pour l’Empereur. » Puis, on lui dit : « Vote pour la République » et il vote pour la République.

    Ceux qui le dirigent sont aussi sots ; mais au lieu d’obéir à des hommes, ils obéissent à des principes, lesquels ne peuvent être que niais, stériles et faux, par cela même qu’ils sont des principes, c'est-à-dire des idées réputées certaines et immuables, en ce monde où l’on n’est sûr de rien, puisque la lumière est une illusion, puisque le bruit est une illusion.]

     

    Laissez-vous porter par ces mots et écrivez ce que vous en pensez ? Les choses ont-elles changé en deux siècles d’histoire de France ? Vous avez jusqu’au 22 septembre pour rendre cet exercice.

     

    2ème sujet :

     

    Ecrire un texte avec les mots suivants :

     

    Inviter –attendre – fripouille – photo – arbre – pieds – argent – City – jeu - plaindre

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    11 commentaires
  • Liste des mots :

     

    voler - comprendre - s'amuser - avion - grande roue - jardin - ski - chat - pierre - tableau

     

    Merci à :

    Cliquez sur leurs prénoms pour découvrir leurs très beaux textes.

    Sylvie

    Ghislaine

    Nathie

    Merci à vous trois pour vos textes qui m'ont bouleversée. 

    Gros bisous

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    6 commentaires
  • Défi 47 chez Ghislaine

     

    Enfin une bonne nouvelle ! Depuis le temps que j’espérais cela. J’ai travaillé comme un dingue, quatorze, quinze heures par jour. J’y ai perdu la femme de ma vie et mes enfants. L’attente a failli me rendre fou, mais ce matin, lors de la réunion de direction, la question de la création d’un poste de directeur adjoint a enfin été mise à l’ordre du jour. Toute mon équipe m’a plébiscité avant que mon boss ne m’appelle dans son bureau.

     

    A présent, je suis seul avec mon patron qui m’explique que ma vie va changer. La bonne blague, dix ans que je trime comme un malade et à choisir, je suis prêt à m’investir encore plus. Sans compter que le chèque qui va avec le poste va me permettre de mettre une piscine dans mon jardin où mes fils et moi on pourra se détendre lors de mes trop rares temps de repos.

     

     

    Maridan 14/09/2017

     

    Le blog de : Ghislaine

    Partager via Gmail Yahoo!

    5 commentaires
  • A L’âge où les enfants vont à l’école,

    Assise sur mon banc, je rêvais d’Eole.

    Je ne portais pas de belles chaussures

    Ni de belles toilettes, ça c’est sûr !

     

    Dans ma trousses quelques beaux crayons

    Pour dessiner des princesses sans haillons.

    C’est souvent le clocher de l’église

    Qui me faisais oublier mes bêtises.

    Je n’avais qu’un rêve, celui de jouer.

     

    A la cantine, je n’aimais rien manger,

    Cela rendait fou notre instituteur

    Qui essayait en vain de me faire peur.

    Quand vint l’époque du certificat

    Plus aucun enseignant ne croyait en moi

    Mais j’obtins ce diplôme sans effort

    A revoir leur tête, j’en rigole encore

     

    « Qui a eu cette idée folle,

    Un jour d’inventer l’école… »

    Je vous jure que ce ne fut pas moi

    Qui aimait bien trop rire aux éclats.

     

     

    Maridan 12/09/2017

    Le défi est visible chez mon amie Assoula ici ---> http://chezassoulawarda.canalblog.com/albums/atelier_d_assoula_les_themes/index.html

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    6 commentaires
  • Être père n’est pas donné à tout le monde. Le mien fut trop souvent la source de mes peines. Je craignais plus que tout de le voir s’intéresser à moi, car quand cela arrivait, ses mains s’emparaient du fouet et mes larmes ne réussirent jamais à l’arrêter.

     

    Il m’était difficile de passer incognito à l’école où les traces rouges sur ma peau interpelaient les maîtresses. J’inventais des histoires de chat chahuteur qui me griffait en jouant, mais mon institutrice n’était pas dupe.

    Un jour, mon père revint des courses avec un biscuit miniature qui représentait un couple d’amoureux. Il l’offrit à maman, pour son anniversaire, en lui disant que ce cadeau venait de lui et mon frère. Je fus saisi brusquement d’un chagrin inimaginable. Pourquoi m’avait-il rejetée ? Je l’ignore encore ! À cette époque, on ne posait pas de questions à ses parents. Je revois avec amertume le triomphe de mon frère et la joie de ma mère. Moi qui manquais cruellement d’imagination et d’argent, je lui avais offert un paquet de pâtes et j’avais demandé un emballage cadeau au magasin. Cela l’avait rendu dingue. « Les gens vont penser que je ne te nourris pas ! » J’étais mortifiée !

     

     

    Maridan 7/09/2017

    Partager via Gmail Yahoo!

    7 commentaires
  • Atelier 16

     

    Ecrire un texte avec les mots suivants : 

    père - intéresser - mains - arrêter - incognito -miniature - brusquement - époque - triomphe - imagination

    Partager via Gmail Yahoo!

    5 commentaires
  • Atelier 46 chez Ghislaine  vert

    Défi 126 d'Evy le thème est l'ombre

    Défi du 6/9/17 Jill Bill violet

    Défi Miletune rose fluo

    Le nid des mots rouge

    La nouvelle petite fabrique d'écriture  bleu

     

    Et pourquoi pas !

     

    Comme la nuit tombait, Gilles décida de rentrer. Le ciel avait pris les couleurs chaudes l’automne. Seul face au coucher de soleil, il laissa son esprit vagabonder au-delà de l’horizon.

     

    Sa vie avait été ponctuée de voyages autour du monde. À toujours se presser, à ne jamais poser ses valises, il était passé à côté du bonheur. Pourtant, il y avait eu cette rencontre magique qui avait failli changer le cours de son existence. Une femme, une vision, un rêve éveillé qui aurait pu le pousser vers le bonheur.

     

    Audacieuse et si belle

    Nul n’aurait pu l’arrêter

    Gracieuse et rebelle

    Elle l’avait abandonné

     

    Elle avait emporté avec elle la clé de son cœur. Il n’avait pas supporté le choc de sa disparition. Après une crise de désespoir infini qui l’avait fait sombrer au cœur des ténèbres, il avait réussi à reprendre pied dans la réalité, mais son cœur était resté prisonnier des limbes. Un matin, il avait enfin ouvert sa porte et avait commencé à voyager aux quatre coins de la planète. Il noyait souvent sa souffrance dans les alcools ambrés qui lui rappelaient la couleur de la peau de son bel ange, trop tôt disparu. Naviguer à travers l’obscurité de son âme ne lui faisait plus peur. Il en arrivait à envisager sa propre mort avec soulagement.

     

    Un coup de klaxon le tira de sa rêverie éveillée. Il détourna ses yeux de l’horizon et prit le chemin du retour. Arrivé chez lui, il posa son chapeau sur le guéridon de l’entrée. Il avait soudain, une furieuse envie d’écrire.

     

    Il se dirigea vers son bureau, prit une feuille de papier et son stylo-plume et posa les premiers mots.

     

    « La première fois qu’Ange entra dans ma vie, elle était assise sur un cheval de bois qui faisait virevolter ses longs cheveux blonds. Cette créature, si féminine, riant aux éclats, sur ce vieux manège de chevaux de bois, avait quelque chose d’irréel.

     

    Moi, je n’étais qu’un cuisinier du dimanche venu là pour une pause salvatrice, après des heures passées en cuisine dans une chaleur infernale. Le sandwich que je m’apprêtais à dévorer n’arriva jamais jusqu’à ma bouche. La vision de cette merveilleuse créature m’avait immobilisé.

     

    Je fus bien content de la voir descendre de cheval et se diriger vers moi. Je devais avoir un air stupide, car elle m’aborda en riant.

     

    - Si vous ne mangez pas ce casse-croûte, je vous le rachète. Je meurs de faim !

     

    J’étais abasourdi. Je me retournai vivement, mais il n’y avait personne derrière moi. C’était donc bien moi le destinataire de cette demande. Sans un mot, je lui tendis mon repas.

    Elle éclata de rire !

    - Ce n’est pas possible ! Vous êtes muet !

    - Non ! Subjugué !

     

    C’est ainsi que tout avait commencé. Nous avions poursuivi autour d’un café dans un petit bar tout proche. Elle m’apprit qu’elle était standardiste pour les vacances, mais que son grand projet était de devenir chanteuse auteure-interprète. Nous avions vécu un an d’un amour fusionnel et puis un matin, elle m’avait réveillé en me secouant comme un prunier.

     

    -          Je l’ai !

    -          Tu as quoi ?

    -          Ma chanson

    -          Hein !

    -          Écoute, la chanson s’appelle « Eh ! Pourquoi pas ! » :

     

    Et si le bonheur

    Devenait un choix

    Si ma vie en couleur

    Dépendait que de moi

     

    Eh ! Pourquoi pas !

    Pourquoi ne pas décider de ça !

    Pourquoi pas !

    Pourquoi ne pas se battre pour ça !

     

    Et si le monde était là

    Là tout autour de mes doigts

    S’il suffisait d’aimer pour cela

    D’aimer tous les êtres, quels qu’ils soient !

     

    Eh ! Pourquoi pas !

    Pourquoi ne pas décider de ça !

    Pourquoi pas !

    Pourquoi ne pas se battre pour ça !

     

    Et si le temps n’existait pas !

    Qu’il n’avait plus de poids sur moi !

    Alors je lâcherais mes ailes

    Pour qu’elles me mènent jusqu’au ciel

     

    Eh ! Pourquoi pas !

    Pourquoi ne pas décider de ça !

    Pourquoi pas !

    Pourquoi ne pas se battre pour ça !

     

    Je partirai dès demain

    Parcourir tous les chemins

    Qui mènent aux cœurs des humains

    Pour unir ensemble toutes nos mains

     

    Eh ! Pourquoi pas !

    Pourquoi ne pas décider de ça !

    Pourquoi pas !

    Pourquoi ne pas se battre pour ça !

     

    Un mois après ce réveil brutal sa chanson était sur toutes les radios et elle partit en tournée. Au début, elle m’appelait tous les soirs. Puis ce fut une fois par semaine et un matin, la radio annonça sa disparition dans un crash aérien.

     

    Mon Ange avait pris son envol ! »

     

    Lentement, Gilles pose son stylo-plume. Il range son texte dans le premier tiroir de son bureau et sort son arme du tiroir central. Après avoir éteint toutes les lumières, fermé sa porte à clef, il se dirige vers la falaise. Il en a assez d’attendre que les ombres l’emportent. Il jette un dernier regard sur le ciel flamboyant et presse la détente.

     

    Maridan 6/09/2017

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    6 commentaires
  • Merci à mes amies qui ont écrit de très jolis textes avec les mots de l'atelier 14 :

     

     Assoula

    Arlette

    Ghislaine

     

    Je vous invite à les découvrir. Bonne semaine à toutes

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    3 commentaires
  • A partir de l'image suivante et des dix mots proposés, écrire un texte, un conte ou un poème à votre convenance. 

    L'image

    Atelier N° 15

    Les mots : Magie, fée, amitié, tristesse, joie, forêt, étrange, oiseaux, renard, intrigue.

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires