•  

     

    Atelier 88 chez Ghislaine

    http://ghislaine53.eklablog.com/atelier-no-88-recap-du-no-87-a159670388

     

    Appuyée sur le tronc du vieil arbre, je me laisse aller. Mes pensées vagabondes tandis que mes yeux se régalent du paysage devant moi. La maison de ma grand-mère est là, précieuse, postée telle une sentinelle sur cette colline d'où elle voit qui arrive à la sortie du petit bois qui mène chez elle.

    Devant sa porte le petit banc de bois où elle aimait se reposer après ses journées à retourner la terre du potager. A 98 ans, elle n'a plus la force de faire ce genre de travaux et pourtant, quand ses jambes la portent encore, à l'aide de son déambulateur, elle s'y pose encore.

    Sur elle point de vêtement effiloché, elle a de la tenue, ma mamy et d'ailleurs, à chaque fois qu'elle se rend à l'hôpital les médecins le lui disent.

    «  Vous ne faites pas votre âge, madame ! Et quelle belle peau vous avez ! »

    Pourtant, la vie n'a pas été rose pour elle. Mariée a un alcoolique, elle devait parfois fuir ce mari violent avec ses enfants en pleine nuit. Pas de risque qu'elle se laisse aller. Ce n'est pas dans ses gênes. Jour après jour elle a lutté, puis un jour elle a repris le goût de la vie en rencontrant un homme qui lui a rendu la joie de vivre. Suite à cette rencontre, tout s'est simplifié. Certes, elle travaillait encore beaucoup, mais il l'emmenait souvent en balade, restaurants, visite de châteaux, de jardins. Malheureusement, après un dîner gourmand, il est décédé.

    Depuis cinquante ans, il ne se passe pas une journée où ses prairies, le ciel bleu et son magnifique jardin ne lui fasse oublier sa peine. Lentement face aux brebis et aux moutons qui paissent tranquillement, elle ferme les yeux et s'assoupit

     

    Atelier 88 chez Ghislaine

    Maridan 28/02/2018

    Partager via Gmail Yahoo!

    4 commentaires
  • C'est une nuit pas comme les autres, c'est le moment de l'heure bleue quand toutes les teintes du ciel rejoignent celles de la mer et nous offre un camaïeu époustouflant qui nous fait oublier tous nos soucis ; l'oubli arrive alors et on lâche prise.

    Atelier 85 chez Ghislaine

    Il arrive toujours un instant ou l'on côtoie l'enfer et ce quel que soit notre milieu social, notre nationalité ou notre envie. Exister c'est aussi cela, faire face, de tous temps, à tous les aléas que la vie va mettre sur notre chemin.

    Atelier 85 chez Ghislaine

    C'est pour cela que j'aime la nuit. Je dors très peu et plus je vieillis, plus c'est ainsi. Mon avenir c'est bondir dans l’éternité pour rejoindre tous mes chers disparus, alors avant que mon existence cesse d'être, j'emmagasine des images et des souvenirs à rapporter à ceux qui m'ont précédés. Ainsi j'ai le sentiment de vivre aussi un peu pour eux.

     

    Maridan 9/02/2019

     

    Découvrez les défis de Ghislaine ici : Ghislaine atelier 85

    Partager via Gmail Yahoo!

    1 commentaire
  • L'abécédaire de Violette ici :

     

    L'abécédaire de Violette

    Rien ne faisait plus râler Rihana que les ronflements de Rodolphe son rottweiller roux qu'elle avait retrouvé à Rotterdam. Ravie de ces retrouvailles elle en avait oublié les régurgitations de son cabot et du coup son voyage en Russie avec se peu reluisant toutou,ralentissait son pas et refroidissait ses envies de romances russe.

     

    Maridan 2/02/2019

    Partager via Gmail Yahoo!

    2 commentaires
  • Atelier 85 chez Ghislaine

    C'est l'heure des lutins, la nuit n'est pas toute à fait noire, le ciel est d'un beau bleu glacier. Tous les soucis s'envolent pour Ogribar il en oubli même de manger, car c'est aussi l'heure des fées. Au fond du Bois Joli se côtoient lutins, licornes, elfes, farfadets, fées et l'ogre Ogribar que tout le monde aime ici. Le solstice d'été existe depuis des millions d'années au cœur de ce bois merveilleux, mais les mondes magiques sont connus depuis une éternité, et pas question que cela cesse, car les fées veillent au grain. La nuit pour les êtres enchantés c'est le moment où ils se mettent au travail. Mais chut, c'est un secret que nul homme ne doit connaître, alors passons notre chemin et laissons les en paix. C'est ainsi que nous ferons de beaux rêves !

     

    Maridan 30/01/2019

    Partager via Gmail Yahoo!

    7 commentaires
  •  

    Atelier 83 chez Ghislaine

     

    http://ghislaine53.eklablog.com/l-atelier-no-83-du-10-janvier-2019-bonne-annee-a-tous-a157569878

    Atelier 83 et 84 chez Ghislaine

     

    L'homme observe la mer devant lui. Au loin l'horizon et les formes floues de la ville qui s'éloigne le port et embarquait sur le premier cargo en partance pour ailleurs.. Être marin a toujours été son rêve. Dès que cela a été possible, il s'est engagé comme matelot. Quelquefois de jolies filles trop coquettes essayaient de lui passer la corde au cou, mais chaque matin, son paquetage sur le dos, il embarquait et ce quelque soit la beauté du soir il quittait le port.

     

    Il aimait les soirées entre marins, raconter comment il attrapait les filles avant de les croquer. Un seul secret disait-il à ses camarades : « emmenez-les faire les boutiques »

     

    Atelier 84 chez Ghislaine

     

    http://ghislaine53.eklablog.com/atelier-no-84-le-recap-du-83-a158402924

     

    Mais un mois plus tard, quelque chose avait changé. La lune était pleine ce soir là peut-être est-elle à l'origine de ce qui suivit ! Il avait quitté le bateau pour rejoindre le café qu'il fréquentait lors de ses retours. Chemin faisant, il avait croisé la belle Rachel et ils ne s'étaient plus quittés. Elle «était toujours prête à le satisfaire et n'attendait jamais rien de lui.

     

    Quelques temps plus tard, il comprit qu'il était jaloux des sourires qu'elle offrait aux passants. Ses long cheveux blonds balayaient son visage, et envoûtaient tous les pêcheurs qui les croisaient.

     

    A présent, chaque miroir lui renvoi sa beauté, et il comprend qu'il aime cette femme. Pourquoi alors pense-t-il qu'elle cherche à plaire à d'autres ?

     

    Il avait envie de la prendre sous son bras et d'embarquer avec elle rien que pour voir la tête des autres matelots.

     

    Devant l'idée d'un tel péché, il éclata de rire et sa belle lui offrit son plus beau sourire.

    «  Enfin, tu te détends ! »

    « Je t'aime, épouse-moi ! »

     

    Maridan 23/01/2018

    Partager via Gmail Yahoo!

    8 commentaires
  • C'est un jeune homme au corps long, tout en finesse qui avance dans l'avenue pour visiter le musée de la marine. Sans se presser, elle le suit. Est-ce sa façon d'accentuer les S lors de la prise de son billet d'entrée qui lui a donné envie d'en savoir plus sur ce beau garçon ? Elle ne saurait le dire, toujours est-il qu'elle marche trois pas derrière lui.

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    2 commentaires
  • Atelier 81 chez Ghislaine

     

    Au loin, il voyait une issue, mais était-ce la bonne ? Il n’aurait du le dire. Lorsqu’il y arriva, la rue débouchait sur une vaste place cernée d’ombres menaçantes. Ce n’était pas le côté sombre des abords qui le faisait frissonner, non, c’était la nudité lugubre du paysage sur lequel elle débouchait. Il tenta de chasser ses craintes et entreprit de traverser le pré à découvert. Il avait beau se raisonner, se dire qu’il n’était plus suivi, il avait un mal fou à avancer ainsi dans la nuit. Lorsqu’il arriva à la route, il arrêta une voiture qui le ramena chez ses amis. Ce soir, il avait tué un homme, mais désormais, plus rien ne menaçait sa famille.

     

     Découvrez le Blog de Ghislaine

    Partager via Gmail Yahoo!

    3 commentaires
  •  

    Atelier 80 chez Ghislaine

    Ne sois pas stupide ! Ta rancune ne te mènera à rien. La méfiance n’est pas une force, mais une faiblesse, elle prouve simplement que tu manques de confiance en toi. Essaie l’oubli, laisse à hier tout ce qui t’as blessée. Tu me dis que tu as peur d’aimer à nouveau, c’est ridicule.

    Tu as toutes les raisons d’y croire encore. Les rues sont pleines d’hommes qui ne demandent qu’à t’aimer. Ils seront pléthores à chanter tes louanges si tu leur en laisses l’occasion. Te barricader le cœur à jamais n’est pas la solution, et puis tu ne crois pas que c’est dommage à ton âge de jurer tes grands dieux qu’on ne t’y reprendra plus.

    Mets de jolies boucles à tes oreilles, du rouge à tes lèvres et laisse-les t’adorer. Regarde, Théodore, le beau torero est déjà à tes pieds.

     

    Maridan

     

    Les défis de Ghislaine ici : http://ghislaine53.eklablog.com/atelier-no-80-recap-du-no-79-a153366184

    Partager via Gmail Yahoo!

    3 commentaires
  •  

    Atelier 78 de Ghislaine

     

    Atelier 78 chez Ghislaine

    Oui, mon vieux, c’est une bataille rangée. Tu adores me mettre en colère, et après tu espères que je te fasse jouir, non mais tu rêves pépère !

    Ton travail te gonfle, et bien tu le changes ! Tu me fatigues avec tes jérémiades. Au boulot tu es un béni oui-oui et après tu me dis que tu dois tenir pour nous, non mais c’est quoi ce délire !

    Si tu crois que me faire bouillir de rage, peut te soulager de la pression de ton job, tu es à côté de la plaque.

    Au lieu de t’agenouiller devant ton patron, fouilles les petites annonces et dégotes-toi un emploi qui te plaît, car si tu n’es pas capable de mener à bien cette démarche tu vas te retrouver tout seul.

    Cesse de sourire avec cet air benêt, décidément quand tu ne passes pas ton temps à m’asticoter, tu bafouilles comme un gamin. Alors c’est fait, tu es calmé ?

    Super, viens donc me réchauffer, tu es ma bouillotte ne l’oublies pas !

     

    Maridan 12/11/2018

    Partager via Gmail Yahoo!

    4 commentaires
  • L'heure du grand déballage a commencé. Nos politiques qui, comme nous le savons tous, font preuve en toutes circonstances de "délicatesse" font la chasse aux "désordres".

    La danse des faux culs s'élance. Hommes et femmes de tous bords, unis dans la même fête de la débauche du langage, dénoncent à corps et cris les innombrables fautes du candidat Macron, oubliant qu'il y a peu de temps, ils étaient eux aussi des porcs qui se gavaient follement de nos maigres ressources.

    Moi, j'espère que "juste avant son départ" notre Président, dans lequel, j'avais mis, comme tant d'autres, tant d'espoirs nous prouvera que nous avons eu raison de lui faire confiance. Normalement, il a 5 ans pour faire ses preuves.

    A défaut, je brûlerais définitivement ma carte d'électeur que j'avais prise quand Sarkozy avait lancé "travailler plus pour gagner plus", car je crains que seuls les incompétents, grassement rémunérés par les lobbys de tous genres, se présentent aux élections.

     

    Maridan 31/10/2018

    L'atelier 77 de Ghislaine

    Pas facile la fonction !

    Partager via Gmail Yahoo!

    2 commentaires
  • En voilà une chouette idée ! Elle met sa clef dans la serrure et entre avec entrain dans son minuscule studio.

    Le fardeau de sa dette a été déposé ce soir. Demain, elle reprend sa vie en main, Après sa faillite, elle s'était retrouvée à la tête d'un crédit permanent de 1500 € par mois pendant 15 ans. Elle venait de poster son dernier chèque.

    La chance semblait lui sourire à nouveau, Après un dîner banal entre collègues, l'un d'entre eux lui avait appris qu'il cherchait un nouveau locataire pour un beau 3 pièces à côté du bureau. Il allait faire abattre une cloison et cela allait faire passer le salon de 15 à 25 m² et tout cela pour un loyer de 900 euros, soit 400 euros de plus que ce qu'elle paye actuellement pour son studio.

    Compte tenu de l'arrêt de sa dette, elle s'en sortira très bien.Sans se presser, elle avait monté son dossier, elle tenait à profiter de cette chance. Malheureusement quand elle porta les papiers à son collègue, il avait déjà reloué l'appartement.

    Sans se démoraliser, elle entra dans une agence immobilière pour déposer son dossier complet et deux jours plus tard, elle obtenait un nouvel appartement, C'était parti pour sa nouvelle vie !

    https://pelagie46.wordpress.com/2018/09/18/a-vos-plumes-chez-arlette-76/

    Maridan 21/09/18

     

    Le défi d'Arlette :

    Partager via Gmail Yahoo!

    2 commentaires
  • Son unique désir était de revoir cet homme avenant, croisé devant la mairie où il devait s’unir à la sœur de son amie.

    Ulcérée, la mariée l’avait planté au milieu de leurs invités dans une scène ubuesque qui avait failli la faire hurler de rire.

    Lui, rigide devant les vociférations de sa promise, avait juste remarqué que leur union avait déjà usé toutes ses réserves de patience.

    La voir prier chaque soir avant d’aller uriner, l’avait conduit à reporter deux fois ce mariage en usant de tous les stratagèmes possibles.

    Il décida de la quitter en urgence et de vivre enfin en homme libre. « L’univers est grand » lançât-il en quittant les lieux.

     

    Ils étaient sortis boire un verre, uniquement préoccupés de leur plaisir. Son père lui avait lancé un ultimatum « C’est lui ou nous ! »

     

    Elle était une femme à usage unique et ce serait lui et nul autre. Cet homme aimait la ville, tant mieux, elle était une urbaine, elle aussi. Un mois plus tard, ils étaient unis pour la vie.

     

    Maridan 13/09/2018

    Résultat de recherche d'images pour "mariés qui se disputent" 

     

    L'atelier de Ghislaine : http://ghislaine53.eklablog.com/defi-ecriture-no-71-du-10-septembre-2018-a146899956

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    2 commentaires
  • Résultat de recherche d'images pour "jeune femme triste"

    Une étincelle brille au fond de ses yeux que trop souvent la mélancolie étreint.

    A l'âge où l'enfant rêve de jardins couverts de roses, elle, elle se noie dans des vagues de désespoir qui la laissent pantelante de douleur. Tout avait débuté par une fête incroyable où sa mère dans un discours prolixe avait vanté ses indéniables qualités. Est-ce cela et le champagne aidant qui avait conduit son beau-père à l'embrasser sur la bouche, Elle n'aurait su le dire. Cela avait été le début d'un long cauchemar.

    Aujourd'hui, à quinze ans à peine, elle avait fui cette famille où elle n'avait su trouver les mots à dire pour mettre fin à son tourment. Elle venait d'arriver à Paris, la ville lumière, y avait-il encore de l'espoir pour elle ? Elle n'aurait su le dire.

    Maridan 8/09/18

     

    https://popinsetcris.wordpress.com/

    Partager via Gmail Yahoo!

    4 commentaires
  • Résultat de recherche d'images pour "préparation du thé"

    Mon thé diffusait une bonne odeur de menthe. Louis l’avait préparé avec amour avant de m’étreindre tendrement. Il m’avait rapporté une alvéole au cœur de laquelle brillait le miel du jour. Je pris une brochette de bois que je glissais dans la minuscule ouverture et après l’avoir enduit du liquide doré je le portais à ma bouche avec gourmandise.

    Mon homme savait comment me faire lâcher-prise, un thé du miel tout frais et un gros câlin et je devenais aussi malléable qu’un loukoum. Je levais enfin les yeux de mon élixir et je vis avec amusement le visage concentré de mon amour qui attendait la suite avec angoisse. Je me sentis aussitôt irrépressiblement glisser dans un fou rire que je ne pus retenir.

    Son visage ulcéré par la colère devait me hanter quelques jours. En effet pour me punir de mes moqueries, je n’eus plus le droit à mon délice sucré. Plus de nectar de pêche après mon thé, plus de miel et pire que tout, la soupe à la grimace toute la semaine qui a suivi.

    Ce n’est que devant mes crises répétées de narcolepsie que mon ange se calma un peu et me produisit à nouveau ses soins avec tendresse. Est-il utile de dire qu’à la suite de cela, je ne me suis plus du tout moquée de ses efforts pour me détendre.

     

    Maridan 5/09/2018

     

    Merci à mon amie Ghislaine de m'avoir fait découvrir ce nouvel atelier https://popinsetcris.wordpress.com/2018/09/04/4-09-une-contrainte-en-lacher-prise/

    Partager via Gmail Yahoo!

    2 commentaires
  • Arthur, petit séducteur, est un filou

    Difficile de résister à son sourire

    Véronique adore lui faire des bisous

    Et des câlins ce qui lui fait très plaisir

    Nicolas qui voit cela est jaloux.

    Timide il n'ose pas et il soupire.

    Il aimerait tant, lui aussi, faire le fou,

    Car c'est ce qui donne aux filles l'envie de rire

    Éléonore qui voit ça le trouve trop chou

    Songeuse, elle a décidé de le séduire.

    ADVENTICES CHEZ LENAIG

    Maridan 23/05/2018

     

    Pour suivre ses défis c'est ici : Les défis de Lénaig

    Partager via Gmail Yahoo!

    4 commentaires
  • Elle observait l’individu passablement énervé qui lui faisait face. Elle n’allait pas perdre son temps à jouer les compréhensives. Depuis des années elle le laissait rêver, tirer les manettes pour ce maudit projet qui lui avait coûté tous leurs sous et au final ils se retrouvaient, tous les deux, traités de bandits par les journaux à scandales et autres vilipendeurs.

    Lui, pas du tout intimidé par la meute de journalistes affamés de ragots, déçus de ne pas le voir penaud devant leurs accusations, les regardait comme le ferait un psychiatre devant des fous dangereux.

    Finalement, il allait encore s’en sortir. Elle remonta dans la voiture et prit le chemin du retour. Elle avait fait ses bagages et elle laissait son escroc se débrouiller seul face à la justice. Elle avait décidé de reprendre une vie ordinaire.

    Maridan 5/05/2018

    Partager via Gmail Yahoo!

    1 commentaire
  • atelier 62 chez Ghislaine

    L’aube s’est levée sur les étangs teintés de rose et d’orangé. Assise au bord de l’eau je contemple avec ravissement les camaïeux de bleus qui illuminent l’eau sur laquelle flottent les barques des pêcheurs.

    Postée là depuis plus d’une heure, le soleil s’est levé. J’ai posé mon chapeau de paille jaune sur mes cheveux. Je atèle à la composition de mon tableau. Avoir un beau panorama ne suffit pas. Je prépare mes couleurs sur ma palette. Une aigrette blanche s’est posée près de moi. Je la vois jouer avec une avocette élégante. Je pose un peu de noir et de blanc pour intégrer les deux volatiles à mon œuvre.

    Il commence à faire vraiment très chaud, je ne vais pas tenir longtemps. J’ai voulu emmener mon amie avec moi, mais sans son appareil photo, elle s’ennuie. Le temps vire au gris, il est temps de rentrer à la maison.

     

    Maridan 3/05/2018

     

    Le blog de : Ghislaine

    Partager via Gmail Yahoo!

    4 commentaires
  • Atelier 59 chez Ghislaine

    Aniezka Lorek

     

    Marie-Louise avait une belle apparence,  lorsqu’elle prenait place dans une file de supermarché, tous les hommes l’imaginaient jouissant sous leurs caresses. Cela avait souvent créé des situations inextricables.

     

    Elle avait un bon métier, assistante de direction dans une entreprise du CAC40. Elle était tenue au secret et pour bon nombre des secrétaires de l’entreprise, elle était la maîtresse du patron.

    Au début, elle ne cessait de leur dire que c’était faux. Louis, son patron avait fini par lui dire d’ignorer toutes ces fouines qui n’auraient pas demandé mieux que de s’allonger devant lui. C’était inouï tout de même de devoir toujours se justifier.

    Elle se rappelait ses débuts avec son boss, un bureau étriqué dans un boui-boui crasseux. Pour son premier million d’euros, il lui avait offert un Louis d’or et ils avaient emménagé dans un magnifique bureau place des Ternes à Paris. Ils s’étaient réjouis ensemble de cette ascension fulgurant. Ce que ses collègues ignoraient c’est qu’elle était gouine et que son boss était juste son meilleur ami. Relevant la tête, elle fut éblouie par la beauté de ces nouveaux locaux. Elle entra dans le building de verre la tête haute avec un air réjouit sur sa jolie bouille

     

    Maridan 4 avril 2018

     

    Le blog de  : Ghislaine

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    6 commentaires
  • Atelier 58 - chez Ghislaine

    Illustration : Lee Jeffries son blog :http://leejeffries.500px.com/

     

    Cette histoire, bien pâlotte, aurait pu être comique si ma cousine adorée, cette pauvre sotte,  ne s’était pas retrouvée embarquée dans un hôtel sinistre par un individu sans scrupule. Elle n’avait cessé de me dire de ne pas craindre un coup tordu de son chéri, mais je savais de source sûre qu’il était capable d’inventer n’importe quoi pour la séduire cette idiote, et plus j’insistais, plus il protestait de son innocence et de son amour pour elle. Il lui disait que je manquais de jugeote. Mais j’étais plus malin que ce coyote, et à chaque fois que nous nous rencontrions, je le laissais papoter à loisir et raconter ses âneries.

    Je savais que tôt ou tard, ma cousine finirait par le voir tel qu’il était un mec sans panache et sans envergure. Malheureusement, il n’en fut rien et elle épousa ce despote, qui l’abandonna dans une paillote sur une plage sans charme à Mayotte.

    De retour en France, elle sombra dans le désespoir et disparu de nos vies.

     

     

    Maridan 3/04/2018

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    3 commentaires
  • Je venais de fêter mes vingt ans. À l'aube de mon  printemps, je découvrais que la vie n’était pas un long chemin bordé de roses, mais plutôt de ronces et d’épines. En premier lieu, ma copine venait de me larguer comme une culotte usagée et elle s’était collée à mon meilleur ami devant tous nos potes.

    Quand je l’ai compris, j’ai su que plus jamais on ne me ferait du mal. J’ai donc mis mes sentiments à la poubelle, car pour venir à bout de ma colère, autant ne plus rien ressentir.

    J’ai inspiré un grand coup et je me suis dirigé vers sa meilleure amie, celle qu’elle considérait comme sa petite sœur. Pendant les deux ans qu’avait duré notre relation, Lucie était souvent de nos sorties et je savais que je lui avais tapé dans l’œil. Ce jour-là, j’ai sorti le grand jeu. Lorsqu’enfin elle m’est tombée dans les bras, je l’ai vu pleurer.

    J’avais beau m’être interdit d’aimer à nouveau, je n’ai pas vu arriver cette déferlante sur moi. Gagner une bataille, c’était fait…

     

    Agnès m’avait lancé un regard empli de haine quand j’avais basculé Lucie dans mes bras au son d’un rock endiablé. Mais en vérité je m’étais fait avoir comme un bleu. Car trente ans plus tard, c’est encore elle qui est accrochée à mon bras.

    Maridan 28/02/2017

     

    Woman in love de Barbra Streisand

    Le blog de : Ghislaine

    Partager via Gmail Yahoo!

    5 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique